Immobilier : faut-il investir dans le neuf ou dans l’ancien ?

Dès que l’on s’adonne à une réflexion sur un dossier qui fait montrer la place importante d’un choix décisif au bénéfice d’un centre d’intérêt donné, il faut, tout d’abord, prendre connaissance, au préalable, des critères de base qui poussent l’individu concerné à faire une évaluation comparative de l’une ou de l’autre partie qui lui intéresse le plus. Il en est de même lorsque on aurait eu l’intention de procéder à un projet locatif immobilier. Le premier souci qui vient à l’esprit, en présence de telle situation, est de quelle manière on arriverait à trouver une réponse à la question pertinente suivante : « dans l’immobilier, faut-il investir dans le neuf ou dans l’ancien ? ». Ainsi, pour parvenir à un résultat probant provenant d’une recherche simple, il est indispensable de passer en revue les différents points forts ou non et le bien fondé du choix de l’intéressé dans ce sens. En tout cas, on précise, quand même, que 25% des français opte pour investir dans le neuf.

Les critères de choix d’un bien immobilier

Selon une enquête réalisée dans ce cadre par l’institut de sondage local avec évocation de plusieurs raisons qu’on va essayer d’aborder une à une dans le parcours de notre étude y afférente. Effectivement, le choix d’un bien immobilier dépend essentiellement de l’objectif de rentabilité qu’on s’est assigné jusqu’alors ainsi que des ordres des priorités déjà effectués initialement. Il ne faut pas aussi passer sous silence le lieu d’implantation attractif du bien qui pourrait inciter à un achat immédiat du domaine tel que l’emplacement géographique ou l’état superficiel du terrain de l’occupation à investir. De plus, un promoteur immobilier tel le groupe Marignan, doit tenir compte, à la fois des atouts pratiques et économiques dans leurs programmes de logements neufs pour donner une meilleure satisfaction à ses clients.

Les privilèges obtenus dans l’achat d’un bien immobilier neuf

C’est ainsi que le neuf donne droit , dans certains cas, à des privilèges fiscaux comme des réductions ou même d’une exonération partielle ou totale de la taxe foncière pendant une certaine période déterminée à l’avance selon les collectivités locales. Tandis que dans l’acquisition d’un ancien logement, on est amené à effectuer des travaux d’aménagement et de remise aux normes de ces anciennes constructions, entre autres, des travaux d’économie d’énergie ou des travaux de modernisation qui, à juste titre, ne peut que faire grimper le coût initial de l’investissement.

Programmes d’aide à l’accession à la propriété

Toutefois, des programmes d’aide à l’accession à la propriété ont été mis en place dans des grandes villes et qui sont destinés aux personnes qui n’ont pas eu l’occasion d’y accéder durant les 2 dernières années de l’accédant.

Achat immobilier : ne pas sous-estimer les frais annexes
Vivre en ville ou en périphérie : un choix qui a un coût